C’est -20% en 2020 ou le projet Turcot du MTQ. Pas les deux.

Article de Daniel Breton du groupe Maître Chez Nous XXIe siècle (MCN21) que nous remercions chaleureusement.

La semaine dernière, des centaines de citoyens et élus sont allés écouter les représentants du Ministère des Transports présenter la dernière version du projet du futur échangeur Turcot. Cette dernière version très légèrement révisée représente, si le gouvernement va de l’avant avec cette version, le plus important exemple de la vision du gouvernement du Québec en transport, un exemple à $3 milliards.

Après les objectifs de Copenhague et Cancun, l’objectif de Turcot.

À Copenhague en décembre 2009, le premier ministre Jean Charest a annoncé que l’objectif que le Québec visait pour 2020 dans la lutte au réchauffement climatique serait de -20% par rapport à nos émissions de 1990. En décembre dernier, au retour de Cancun, cet objectif a été réitéré par M. Pierre Arcand, ministre de l’environnement.

À la même période, les audiences du BAPE sur le projet du futur projet Turcot avaient lieu. Plusieurs questions importantes y étaient discutées: expropriation de citoyens, pollution atmosphérique, santé des personnes vivant à proximité, urbanisme, etc. Si les commissaires, dans leur rapport, ont essayé d’aider à minimiser les impacts locaux, ils n’ont pas remis en question la hausse du nombre de véhicules qui pourront circuler sur le futur échangeur qui passera de 280,000 à 304,000.

Quel sera l’impact de cette hausse du nombre de véhicules?

Faisons quelques calculs:

Le gouvernement du Canada exige des constructeurs que la consommation moyenne des voitures et camions légers offerts sur la marché voit leur consommation diminuer de 25% en 2016. Par ailleurs, il se passe environ 14 ans avant que le parc entier de véhicules se renouvelle. Considérons donc qu’en 2020, environ le tiers du parc se sera renouvelé et consommera donc potentiellement -25% que le parc pré-2016 pour une baisse d’environ 8%. Mais nous assistons présentement à des ventes records de véhicules énergivores. Le mois dernier, les ventes de camions légers ont augmenté de 13,2 % tandis que celles de voitures ont reculé de 9%.

De plus, si on regarde la hausse vertigineuse du nombre de véhicules au Québec, cette baisse de consommation potentielle risque d’être complètement annulée. Entre 1998 et 2008, alors que la population du Québec augmentait de 6%, son parc de véhicules augmentait de 31%, soit 5 fois plus. Si la tendance se maintient, le parc de véhicules augmentera d’au moins 10% d’ici 2020, faisant en sorte que les émissions de CO2 du transport routier québécois n’auront finalement pas baissé d’un iota. Si nous considérons que l’actuel projet Turcot consacre la préséance du transport individuel pour les prochaines 40 années, nous faisons face à une impossibilité mathématique.

-20% en 2020? Vraiment?

Le Québec a un gros problème. Alors que le gouvernement a affirmé qu’il atteignait l’objectif de Kyoto, la réalité s’est avérée tout autre. Pourquoi? Principalement à cause du transport. Les émissions de CO2 en transport routier ont augmenté entre 1990 et 2007 de 35,78%. Pendant cette même période, les seuls secteurs à afficher une baisse des émissions sont Industrie, Déchets et Électricité dont les baisses sont respectivement de 6,25%, 31,65% et 69,18%. Les deux derniers secteurs représentent toutefois une faible part – moins de 7% – des émissions totales et n’ont donc pas d’effet significatif sur les résultats globaux. Suite à nos analyses, les secteurs autres que le transport ne pourront baisser de beaucoup plus leurs émissions de GES. Si nous sommes optimistes, disons qu’ils pourraient encore diminuer de 10% d’ici 2020.

Dans ce contexte, notre modélisation nous apprend que la diminution que devra afficher le secteur transport devra alors être de 41,8% en 2020. (voir notre étude au http://www.mcn21.org)

Conclusion

C’est mathématiquement implacable. Si le ministre Arcand veut être crédible dans son objectif pour le Québec de diminution de -20% en 2020, il doit appeler le ministre des Transports, M. Sam Hamad, afin que le projet Turcot soit revu de fond en comble afin de prioriser le transport collectif, autant que possible électrifié.

Monsieur Arcand, lequel votre gouvernement choisira-t-il? Le projet Turcot du MTQ ou -20% en 2020? C’est l’un ou l’autre, pas les deux.

Votre réponse ( ou absence de…) sera révélatrice.

Publicités

Notre Suroît dans le Sud-Ouest?

Plus de trois cent citoyens ont assisté à la rencontre du 31 janvier dernier lors de l’assemblée d’information sur l’échangeur Turcot au centre Saint-Zotique dans Saint-Henri. Plus d’une soixantaine d’entre eux ont fait entendre leur voix. Des représentants du Ministère des transports du Québec (MTQ) ont tenté de rassurer les citoyens du Sud-Ouest qui vont subir l’impact du chantier en plus des effets sur la santé de cette autoroute qui continuera d’enclaver nos quartiers. Aucun élus des ministères concernés et député du Gouvernement du Québec ont osé se présenter à cette rencontre. Les citoyens ont donc dû adresser leurs doléances à des fonctionnaires du MTQ. Il faut rappeler que ce projet de 3 milliards de dollars a pour unique objectif de remplacer la structure actuelle sans aucunement réduire le volume de voitures et camions qui y circulent, De plus, l’élargissement de cette autoroute par l’ajout de voies d’accotement aura un impact certain dans nos milieux de vie. C’est aussi des cris du cœur qui ont été lancé notamment par les résidents du 780 St-Rémi qui seront expropriés de leur logis. Les citoyens se sont exprimé et ont démontré avec éloquence les failles de ce vaste chantier en plus d’offrir des solutions novatrices car un « autre Turcot est toujours possible ».

Griffintown, Turcot, Eco-quartier…et bonne année!

Bonjour et bonne année 2011 à toutes et tous !

Encore une bonne grosse année dans l’Arrondissement du Sud-Ouest. Elle devrait voir aboutir la signature des accords de développement sur les terrains du CN de Pointe Saint-Charles, la planification détaillée du développement de Griffintown (qui nous permettrait enfin de discuter d’une vision d’ensemble de ce quartier même si l’Arrondissement continue à statuer sur des projets selon la demande des promoteurs). Ce sera aussi encore une grosse année de lutte dans le cadre de la reconstruction de Turcot, car même si le MTQ fait la sourde oreille, son projet ne réduisant en rien le nombre de véhicules n’a convaincu en novembre 2010 que ceux qui semblaient être déjà prêts à retourner leur veste.

Griffintown :

Pour imaginer un développement en lien avec la richesse historique du quartier, la fonderie Darling accueille jusqu’au 22 janvier une exposition d’architecture sur 5 sites de Griffintown. Le vernissage aura lieu lundi le 17 janvier de 18h à 20h (cf. pièce jointe). http://www.fonderiedarling.org/

Aussi, des défenseurs du Corridor culturel organise une collecte de sous-vêtements, brosses à dents, dentifrice, savon, rasoirs, denrées non périssables, sacs de couchage et sacs à dos au bénéfice de la Maison Benoît Labre le mercredi le 19 Janvier de 17h à19h devant Le Dalhousie, 172 Dalhousie (coin d’Ottawa, à côté du viaduc du CN).

http://corridorculturel.co/

Turcot :

Pierre Brisset, architecte et directeur du Groupe de Recherche en Urbaine d’Hochelaga-Maisonneuve (GRUHM) est l’invité de la prochaine assemblée de Mobilisation Turcot. Son analyse de la situation nous permet de continuer à croire qu’un meilleur Turcot est possible.

Mardi, 18 janvier à 18h00 au CEDA, 2515, Delisle, Métro Lionel-Groulx.
http://www.mobilisation-turcot.info/

A la demande de l’Arrondissement du Sud-Ouest, le MTQ devrait organiser une séance d’information sur leur projet. Une occasion de leur démontrer une fois de plus que cela ne fait pas notre affaire…Cela pourrait être le lundi 31 janvier. Date à confirmer, on s’en reparle.

Pour rappel, alternatives et principes par lesquels nous revendiquons depuis 3 ans un meilleur Turcot :

Richard Bergeron, urbaniste et chef de Projet Montréal proposait à la veille des fêtes Turcot 50-50. Les 3 milliards de dépenses annoncés par le ministre des transports ne sont pas justifiés. Tant qu’à dépenser autant, 1.5 milliard dans le transport collectif permettrait d’accueillir 35 000 habitants dans la cour Turcot et dans l’est de Lachine, limitant ainsi entre autre l’étalement urbain et ses impacts environnementaux. http://www.projetmontreal.org/article/93

Une nouvelle vidéo de 9mn rappelle les principes par lesquels Pierre Gauthier et Pierre Brisset proposent depuis le printemps 2010 la reconstruction de l’échangeur (Turcot 375).

http://www.mobilisation-turcot.info/alternatives.html

Éco-quartier du Sud-Ouest :

Les éluEs au pouvoir dans l’Arrondissement du Sud-Ouest ont décidé fin 2010 de réduire la subvention éco-quartier de 25 % et d’aller en appel d’offre mettant en compétition 2 organismes qui fonctionnaient à priori fort bien. Premier résultat concret : l’organisme retenu est en recherche des 4 coordonnateurs qui feront le travail terrain. Perte d’expertise majeure sur des postes importants pour qui défend la sensibilisation à la cause environnementale. En soutien au programme éco-quartier (et à Pascale Fleury), veuillez prendre en considération et faire circuler s’il vous plait l’offre d’emploi ci-jointe. Pour plus d’infos : Eco.Psc@ymcaquebec.org

J’en profite pour saluer l’organisme Pro-vert Sud-Ouest avec qui j’ai eu la chance de travailler ces 6 dernières années et à qui l’on doit entre autre, et au-delà de leur mandat d’éco-quartier, l’organisation de plusieurs fêtes de quartier et une large responsabilité dans la mise en oeuvre de Mobilisation Turcot. Je ne vous aurais pas « remercié » par un simple courriel après plus de 13 ans de « partenariat »…

Merci de votre intérêt et encore une très belle année à toutes et tous.

A bientôt !

6 mn de vidéo satirique sur Turcot :

Un petit clip sur Turcot, son histoire, le projet actuel du MTQ, l’importance du transport collectif électrifié, et les citoyenNes du Sud-Ouest à ne pas oublier dans l’enjeu Montréalais et Québécois…

A faire circuler… Merci.

No pasaràn sur le 780

Par Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement Saint-Henri/Petite-Bourgogne/Griffintown/Pointe-Saint-Charles.

 

Ce soir, mardi 16 novembre, le MTQ avait invité les résidants du 780 St Rémi à une rencontre concernant « l’acquisition » de leur bâtiment aux fins de la construction de l’échangeur Turcot.

 

Etaient présentEs, entre autres, de nombreux cadres du projet (on commence à bien les connaître) : M. Dubé, Mme Pelletier, M. Caron, leur boss… la personne chargée de négocier les acquisitions, M. Millau.

 

En résumé, ils nous ont expliqué en 45 mn que l’objectif de la soirée était d’écouter, d’informer et de « rassurer » afin que nous puissions « poursuivre notre vie de façon sereine » mais que « la décision est prise », qu’ « on se doit d’aller de l’avant ». La partie la plus pénible était d’écouter les nombreux rouages qui devraient permettre d’analyser les besoins, les biens, les dommages de chaque locataire…. Pour enfin être claire sur le fait que la Loi sur les expropriations ne proposent toujours que 3 mois de loyer et les frais de déménagements pris en charge pour chaque locataire.

Même joke pour le programme « Accès logis », qui, malgré la présence de représentantEs de la Ville et de l’organisme Bâtir son quartier ne permettra pas de remplacer à l’identique la qualité de logements (espace, fenestration, prix) offert dans le 780.

 

Comme je n’ai pas appris grand-chose des organisateurs, je préfère vous retranscrire quelques uns des magnifiques commentaires de la 50e de citoyenNEs venuEs s’exprimer ce soir. Ça rend si fière d’avoir mis tant d’énergie, de travail et d’efforts dans ce dossier depuis plus de 3 ans… Bravo Mesdames, Messieurs, quel plaisir de vous représenter !

 

–         Un projet « désastreux », il y a d’autres exemples d’autoroutes dans le monde (exemple du Japon) « pourquoi on n’est pas capable ici ? »

–         « Déplorable » de ne pas avoir été capable de préserver le 780. « On va être enlevé de chez Nous, on veut rester, on espère qu’on a le droit de rester chez Nous ? »

–         « On est un groupe assez organisé, je suis fière de dire que l’on dit non aux expropriations ! »

–         « Je n’ai pas le goût de voir la mort de ce building ».

–         C’est « un projet extraordinaire de 3 milliards », mais quand il s’agit de relocaliser les gens, c’est un « acte barbare ».

–         « On n’est pas entendu ».

–         « ça me fait honte du Québec »,

–         « Québec n’écoute pas les Montréalais ».

–         « J’ai honte de laisser ça à mon fils ».

–         « On ne veut pas lâcher, on a déjà bien commencé ».

–         « On va se battre pour que le building reste là ! »

–         Avec ce logement, « j’avais réalisé mon rêve qui tourne au cauchemar, quelle compensation me donne t-on pour les 4 années de malaise ? »

–         Avez-vous interrogé Bombardier (sur le transport collectif électrifié), « si le savoir faire profite à la planète, pourquoi il ne profiterait pas aux Montréalais ? »

 

Les résidents du 780 s’organisent. Ils auront besoin de soutien au-delà du Sud-Ouest.

Les jours passent depuis l’annonce du Ministre Hamad il y a une semaine et visiblement, leur projet a bien du mal à être accepté. No pasaràn…si on reste mobilisé.

 

 

La Turcot propagande : entendu sous une tente le 9 novembre 2010

Par Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement, Sud-Ouest.

Comme je fais parti des privilégiéEs qui ont eu le droit d’assister à la grande messe du mardi 9 novembre, comme j’avais pris quelques notes, je vous les retranscris ici.

Marguerite Blais, députée de Saint-Henri/Sainte-Anne et ministre responsable des aînéEs débute en précisant que le projet n’est « pas qu’un projet de transport mais un projet urbain » et comme la conférence de presse est organisée dans la cour Turcot, elle annonce que nous sommes présentement sur la « future route verte ».

Sam Hamad, ministre des transports rappelle que Turcot représente 290 000 véhicules par jour dont 30 000 camions et que l’entretien de l’échangeur coûte actuellement 45 millions par année.

Il parle de compromis et félicite le Maire Tremblay pour son « leadership » dans le dossier.

Il rappelle que le BAPE de juin 2009 a pris en considération 105 mémoires et que 37 des 39 recommandations auraient été intégrées au présent projet.

Il s’est permis de dire quelque chose comme « Nous avons entendu la Ville, les arrondissements, les citoyens, les groupes ».

Le Turcot de novembre 2010 serait un projet urbain en lien avec le développement durable.

Sam Hamad a rechanté la chanson de l’échangeur qui achève sa « durée de vie utile » et a parlé de la « capacité de payer des contribuables ». Il a parlé du « meilleur projet auquel nous pouvons arriver ».

Il a voulu préciser la place accordée au transport collectif, les « avantages environnementaux » du projet et le verdissement sur 30 hectares.

Il a rappelé également l’importance de réduire le nombre des accidents.

Il a annoncé que les travaux devraient s’achever en 2017-18 et que le projet coûterait 3 milliards. « Nouveau projet, nouveau budget » a-t-il déclaré.

43 000 emplois seraient créés.

400 000 m2 seraient récupérés. Il a parlé d’un quartier du Canal.

Sam Hamad a voulu souligner que « la qualité de vie demeure au cœur de leurs préoccupations ».

Il a annoncé la mise en place d’un bureau d’ information sur la rue Galt pour les citoyenNEs.

Il a rappelé que le projet est, selon lui, « à l’image de Montréal et du Québec » et « sous le signe du développement durable ».

Enfin, il a dit quelque chose sur l’importance de la cohabitation entre l’urbanisme et la vie citoyenne.

Mme Blais a repris le micro pour nous apprendre qu’elle avait travaillé fort depuis 2007 et elle était fière d’annoncer que le projet évitait l’enclavement des quartiers, limitait les nuisances sonores, considérait la sécurité des résidants et diminuait les expropriations.

Elle a rappelé que les expropriés seraient relogés par le programme Accès logis et que le GRT-Bâtir son quartier était dans le coup.

Elle a terminé en exprimant sa joie en pensant aux 28 000 futurs arbres et en donnant la parole à « son » maire…

Gérald Tremblay nous a rejoué le disque sur « l’urgence d’agir » et a voulu souligné la présence dans la salle de Claude Dauphin (maire de Lachine), de Peter Trent (maire de Westmount), du président de la chambre de commerce, de Michael Applebaum (maire de Côte des neiges/ Notre-Dame-de-Grâce).

Il a précisé que les pré requis souhaités par la Ville dans ce projet était la qualité de vie des montréalaisEs, le transport collectif et le développement urbain.

Il considère qu’une place importante est donnée au transport collectif et informe d’ailleurs de la présence dans la salle de représentants de la STM et de l’AMT.

Raymond Bachand, ministre des finances, a parlé de l’éventualité de s’offrir un jour un tramway et/ou une navette ferroviaire vers l’aéroport. Il a remercié le maire de Montréal. Il nous a appris qu’il fait du vélo ! Et a parlé de la passerelle prévue pour aller vers NDG. Il a aussi chanté la chanson de Turcot au cœur de la circulation routière.

Mme Blais a conclu la conférence en remerciant les travailleurs du MTQ pour les améliorations apportées au projet.

L’adresse du nouveau site d’information a été annoncé : www.turcot.gouv.qc.ca

Seuls les journalistes étaient autorisés à poser des questions. En général, ils connaissaient leur dossier et les interrogations étaient pertinentes.

Turcot-11 novembre 2010

Aujourd’hui, un an après les recommandations du BAPE sur Turcot, le MTQ s’enlise à ne pas vouloir entendre les revendications du Sud-Ouest et de Montréal pour un échangeur réduisant le nombre d’autos par une offre de  transport collectif électrifié en lien avec les besoins de déplacement.

Dans ce moment intéressant de l’histoire de la Mobilisation Turcot, on voit déjà des prises de position stratégiques s’effectuer…

Qui se souvient bien de la déclaration de principe signée dès avril 2008 ? Moins d’autos, zéro expropriations…

Qui aura le courage de continuer à défendre ses positions ? Et les intérêts de la population du Sud-Ouest et de Montréal ?

Je me souviens qu’un journaliste au début du mouvement de protestation m’avait demandée de chiffrer le pourcentage de chance de voir plier le gouvernement.

Ma réponse est toujours la même : il ne s’agit pas tant de gagner que de se tenir debout.

Nous sommes en train de vouloir changer les mentalités. ça prend du temps… et l’histoire est loin d’être finie.

Projet Montréal appelle à se mobiliser par des gestes concrets :

http://sos-turcot.projetmontreal.org/index.php/ecrivez-a-vos-elus

Et il y a tant de belles choses à lire ces jours-ci dans les médias, sur les blogues…

Je ne lâche pas… et je ne suis pas la seule !

Sophie Thiébaut

Conseillère d’arrondissement

District Saint-Henri/Petite-Bourgogne/Griffintown/Pointe-Saint-Charles

Arrondissement du Sud-Ouest