Compte rendu du rendez-vous citoyen organisé par Mobilisation Turcot

Bonjour,

A nouveau, j’offre mes félicitations aux deux Pierres (Brisset et Gauthier) et à la coalition Mobilisation Turcot pour leur démarche constructive exemplaire visant le développement d’une alternative qui s’inscrit dans une réflexion beaucoup plus large que ce à quoi le MTQ, malgré ses ressources considérables, nous a habituée ces dernières décennies.   Avec la présentation d’hier soir (on a bien hâte d’en avoir une copie!), nous réalisons pleinement que les projets routiers en mileu urbain sont beaucoup plus que des projets de transport. Que ce soit la réfection de l’échangeur Turcot ou le projet de transformation de la rue N-D (on peut ajouter la Bonaventure), il s’agit de véritables projets de développement urbain.

Comme Jean Décarie le soulignait à juste titre, dans ces projets de requalification urbaine, la ville de Montréal ne devrait-elle pas être le maître d’ouvrage, tandis que le MTQ en assumera la maitrise d’oeuvre?   Selon les rumeurs d’hier:

  1. l’approche en remblais serait complètement évacuée (la terre nécessaire provenait en partie des tranchées envisagéees pour la « modernisation » de la rue Notre-Dame a ce qu’on dit) et
  2. la Ville serait désormais un « partenaire » du MTQ…

Souhaitons que les rumeurs se transforment en bonnes nouvelles….   Tel que promis à plusieurs et pour alimenter la réfelexion sur les enjeux politiques des transports et leur argumentaire, voici un article très critique, mais très éclairant…

LES « EFFETS STRUCTURANTS » DU TRANSPORT : MYTHE POLITIQUE, MYSTIFICATION SCIENTIFIQUE http://www.ambafrance-cn.org/IMG/pdf/Les_effets_structurants_du_transport.pdf Jean-Marc OFFNER, Laboratoire Techniques-Territoires-Sociétés (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Université Paris XII, CNRS)

Aussi complexes et onéreux soient-ils, ces méga-projets sont des opportunités historiques uniques de revoir notre façon de se déplacer. La mise en oeuvre des grands projets d’infrastructures (transport, énergie, télécommunications) façonne notre lien au territoire que nous aménageons plus ou moins durablement.   Il est plus que temps de revoir nos façons de se déplacer, de consommer, d’occuper de le territoire, de se développer.

Bonne lecture et surtout, bonne continuation.

Carl BÉGIN 514 713-3984