Un projet pour la Canada Malting ou quel avenir pour l’ouest de Saint-Henri ?

de Sophie Thiébaut

Au bord du canal de Lachine et de l’écluse de la Côte Saint-Paul, à l’angle du tunnel St Rémi, l’énorme bâtiment de la Canada Malting abrite les derniers silos en terra cota encore debout de tout le Canada.

Un promoteur déjà propriétaire du site est intéressé à le développer. Le coût de la décontamination justifierait la densité de construction. On parle de 600-700 logements. Les travailleurs du CUSM en construction sont la clientèle ciblée.

Comme dans le cas d’Archivex sur Lionel Groulx, il serait nécessaire d’être mieux outillé pour évaluer les charges de construction mises de l’avant par le promoteur versus les demandes de modification du règlement d’urbanisme car une fois encore, il s’agirait d’un projet particulier (PPCMOI) dont le processus peut comporter une ouverture de registre, et un rejet de la part des citoyenNEs résidant dans le voisinage direct du site. Et le règlement prévoit ici un usage industriel et une hauteur justifiée par cet usage industriel.

 

700 nouveaux logements, majoritairement en copropriété de condos, dans cette zone fragile de Saint-Henri pourrait venir drastiquement modifier le profil du quartier.

Encore une fois, je plaide pour une planification du développement au-delà des limites du projet :

 

Au-delà de l’enjeu de la conservation de témoins de l’ère industrielle et de la mise en valeur du patrimoine dans un contexte de changement de vocation, une vision globale du quartier permettrait de travailler au moins sur deux autres enjeux majeurs : la circulation et les conséquences de la hausse de la valeur des terrains pour les résidants actuels de ce secteur.

Il nous faudrait connaître la projection escomptée en terme de futurs revenus fonciers pour la ville centre avec ce développement afin d’être en mesure de demander des investissements importants directement dans le quartier.

Avec plus de service de la ligne d’autobus 36 sur la rue Notre Dame, nous réduirions le nombre de stationnements du projet (prévu à un ratio de 0.7 à 1 par logement) et aiderions le problème de stationnement des copropriétaires de la rue Philippe Lalonde (0.5 stationnement par logement). Aussi, nous conserverions et protégerions l’ensemble des commerces sur l’artère commerciale Notre Dame (plutôt que de prévoir des espaces commerciaux à même le site de la Canada Malting). Ainsi, l’espace commercial serait clairement établi et les nouveaux arrivants participeraient à une réelle revitalisation de cette partie de cette artère qui en a bien besoin.

 

Par ailleurs, étudier les impacts sur la circulation est un incontournable.

La rue St Rémi devra être réaménagée (des avancées de trottoir aux intersections, le carrefour St Ambroise-St Rémi revu pour l’usage des piétons…) et ce, du CUSM jusqu’au tunnel St Rémi avec ses conséquences sur Côte Saint-Paul.

Aussi, la rue Saint Ambroise est déjà étroite et dangereuse avec sa courbe à l’angle de la rue St Ferdinand. Pourtant, cette courbe n’a toujours pas été refaite malgré l’analyse et le besoin établi par les services d’urbanisme de la ville centre il y a plus de 10 ans et deux autres projets de construction pour environ 150 logements dans les 2 dernières années.

 

Les orientations de développement de l’administration Dorais prévoit l’inclusion de logements sociaux (15%) et de logements « abordables pour le canal » sur site (sur la rue St Ambroise).

Mais avec une telle densité de nouvelles constructions, il faut absolument travailler à préserver la population déjà résidante dans ce secteur. Une étude sur les conséquences possibles du projet sur cette zone est à faire (hausse des valeurs foncières et des loyers, hausse des demandes de démolitions etc…) Il serait également nécessaire de modifier la réglementation pour limiter le potentiel de construction sur les lots, réguler les demandes d’ajouts d’étages et de construction de mezzanines… En particulier le long du woonerf (investissement public) afin de limiter l’exode des résidants actuels par faute de ne plus avoir les moyens de rester dans leur propre quartier.

 

Pour être profitable pour Saint-Henri, le projet de la Canada Malting devrait bénéficier positivement à tout son secteur dont ses résidants déjà présents, de la rue Notre Dame jusqu’au canal de lachine.

La présence du canal, du centre sportif Gadbois et de l’école primaire St Zotique au centre même du secteur devrait participer à la vision d’ensemble d’un secteur accueillant pour les familles, où on fait du sport, où on prend l’autobus. Plus de verdissement et des aménagements notamment sur la rue St Rémi identifierait le secteur comme agréable à la marche.

 

Au printemps 2013, c’est assez le développement à la pièce dans le Sud-Ouest.

Publicités

POUR EN FINIR AVEC LE « DÉVELOPPEMENT ANARCHIQUE » DE GRIFFINTOWN

Montréal, le mardi 2 avril 2013 – L’OCPM, dans son deuxième rapport sur Griffintown déposé aujourd’hui, recommande l’adoption du programme particulier d’urbanisme (PPU) dans la mesure où il exprime une volonté claire de marquer la fin du développement anarchique de Griffintown. L’OCPM donne raison à Projet Montréal en affirmant que griffintown mémoire

Tel qu’affirmé à la page 79 du rapport déposé aujourd’hui par l’OCPM, « la commission recommande à la Ville et l’arrondissement de raffiner leurs instruments d’urbanismes pour éviter les dérogations systématiques et permettre d’atteindre l’objectif proposé au PPU de faire de Griffintown un environnement familial ».

Absence de mesures solides pour transport collectif et l’accueil des familles

Comme l’avait noté Projet Montréal dès le dépôt du PPU, l’absence d’orientations en transport collectif et ainsi que des mesures spécifiques pour favoriser l’accueil de nouvelles familles fait toujours défaut. Afin de palier à ces manquements, l’OCPM « recommande à la Ville de concevoir très rapidement le plan de gestion des déplacements que le projet de PPU évoque » (p.69) et « que les logements dits « abordables » en vertu de la Stratégie d’inclusion comportent une forte proportion de logements familiaux, et (…) soient effectivement attribués à des familles qui viendront vivre dans Griffintown » (p.78). « On nous affirme baser le développement du secteur Griffintown sur la rétention des familles à Montréal. Cette vision de l’avenir de ce quartier doit inclure les gens qui y habitent et y habiteront afin que tous y trouvent leur compte », a ajouté Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement dans le Sud-Ouest.

Il est à noter aussi que l’OCPM reprend la demande historique de Projet Montréal pour une école, et convient que la ville devrait y voir de façon prioritaire. Elle recommande à la Ville de s’assoir très rapidement avec les institutions de l’éducation notamment, « dans le but de cerner les besoins d’espaces nécessaires à la mise en place d’équipements dans Griffintown ». Rappelons que cette demande a été évoquée la première fois par Richard Bergeron lors des consultations sur le PPU Peel-Wellington qu’avait organisé l’arrondissement du Sud-Ouest en 2008. Projet Montréal a également proposé une motion au Conseil du 17 septembre 2010, qui a été défendu par Émilie Thuillier, maintenant vice-présidente du comité exécutif, responsable du développement social et communautaire, de la famille et des aînés, de la condition féminine et de la jeunesse. Cette motion a malheureusement été défaite par Union Montréal et Vision Montréal.

Protection des lieux de création : le Plateau-Mont-Royal montre l’exemple

Afin de protéger et maintenir la présence des créateurs culturels dans Griffintown, l’OCPM recommande à l’arrondissement du Sud-Ouest de suivre l’exemple du Plateau-Mont-Royal qui a agi pour préserver 212 000 pieds carrés d’espace pour les créateurs dans le secteur Saint-Viateur-Est. Après avoir procédé à un recensement des ateliers d’artiste, la commission recommande à la Ville de « protéger les usages dans certains de ces lieux, notamment par voie règlementaire, en s’inspirant de l’expérience vécue dans l’ouest du Plateau‐Mont‐Royal pour assurer durablement la présence des créateurs dans Griffintown ».

« Dans Saint-Viateur Est, nous faisons face aux mêmes défis reliés à la spéculation immobilière liée aux secteurs en redéveloppement, comme Griffintown. Le redéveloppement et la revitalisation d’un territoire ne doivent pas se faire au détriment des citoyens qui y sont déjà bien implantés. Avec Saint-Viateur Est, l’administration du Plateau-Mont-Royal a créé un précédent en matière d’aménagement et d’urbanisme en exerçant un contrôle sur les effets pervers de la spéculation. Nous sommes tout aussi convaincus que l’OCPM que l’utilisation novatrice des outils réglementaires mis à notre disposition que notre équipe du Plateau-Mont-Royal a osé utiliser doit inspirer les autorités dans la planification future de Griffintown », a conclu Richard Bergeron.

Pour consulter les différents documents de Projet Montréal concernant Griffintown :

Communiqué – La protection des ateliers d’artistes: la raison du choix de Framestore en faveur du Plateau-Mont-Royal

Mémoire de Projet Montréal / étape 2 de la consultation sur Griffintown (décembre 2012)

Mémoire de Projet Montréal / étape 1 de la consultation sur Griffintown (février 2012)

Mémoire de Projet Montréal consultation sur le PPU Peel-Wellington (19 mars 2008)

Motion pour la fin du désert scolaire dans Griffintown présentée au Conseil de Ville du 17 septembre 2010

– 30 –

Quelques décisions prévues au Conseil d’arrondissement du Sud-Ouest du mardi 2 avril 2013 à 19h:

de Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement, district de Saint-Henri, Petite-Bourgogne, Griffintown et Pointe-Saint-Charles

Si vous souhaitez poser une question ou faire un commentaire à vos éluEs municipaux, inscriptions à partir de 18h15 au 815 Bel Air, 2e étage.

 

Des résolutions en lien avec la collecte des déchets :

Plusieurs mesures sont à différencier parmi les décisions qui seront prises lors de ce conseil  :

  • de nouveaux bacs de recyclage distribués dans tout l’arrondissement.

  • un projet pilote de collecte des résidus alimentaires ramassés à la porte incluant la distribution de bacs (bruns) dans chaque foyer dans un secteur de 3 000 portes dans Emard. Il s’agit de la formule mise en œuvre dans Rosemont La Petite Patrie (administration Projet Montréal). En 4 ans de mandat, la moitié de leur arrondissement bénéficie de ce service. La réduction du nombre de collecte des poubelles ne se fait (et ne devrait se faire) qu’après la mise en œuvre de la collecte à la porte des résidus alimentaires.

  • un projet de bacs de dépôt (dit volontaire) des résidus alimentaires dans les parcs. De nombreuses questions restent en suspens concernant cette dernière mesure.

 

La distribution des nouveaux bacs de recyclage (conçus et achetés par la ville centre mais à la charge des arrondissements pour leur distribution) :

  • appel d’offre pour la distribution des bacs (10.10)

  • entreposage des bacs depuis l’an dernier au coût de 27 193,78$ (30.06)

 

Sensibilisation sur le tri des déchets et la collecte des résidus alimentaires :

  • Fourniture de bacs adaptés à l’entreposage des résidus alimentaires : bacs bruns et petits bacs de comptoir de cuisine pour le secteur pilote de 3 000 portes dans Emard au coût de 52 428,60$ à la compagnie Les Conseillers Nova Envirocom Inc (20.05)

  • Ramassage par camions des résidus alimentaires et convoyage jusqu’au site de la ville centre (10.10)

  • Sensibilisation sur le tri des déchets et la collecte des résidus alimentaires dans chaque foyer dans le secteur des 3 000 portes d’Emard ainsi que l’étude des sites de dépôts volontaires les mieux adaptés au coût de 35 501$ à la compagnie Nature Action (dossier susceptible d’être ajouté).

  • Sensibilisation au tri des déchets, collecte des résidus alimentaires et recyclage; distribution des bacs de recyclage; campagne de communication. La somme de 340 000$ est débloquée pour dépenses dans les prochaines semaines. Je cherche à suivre de prêt les préparatifs sur la gestion de ces sites de dépôt de résidus alimentaires (30.08)

 

Demande d’installation de 3 enseignes :

au 2000 William et 2454-2460 Notre Dame Ouest pour le projet le Set7 de 300 logements sur 7 étages dans Griffintown.

Les enseignes publicitaires sur les projets résidentiels ne sont autorisées qu’à même le site de construction. Il faut obtenir une autorisation du Conseil d’arrondissement, une ordonnance, pour afficher ailleurs que sur le site du projet. Par soucis d’encadrer la pollution visuelle, et dans un arrondissement en construction comme le Sud-Ouest, projet Montréal préconise de ne pas autoriser plus d’enseignes que celles déjà autorisées. Je voterai donc contre cette demande du promoteur. Notons que ces enseignes sont déjà installées depuis plusieurs mois bien que non autorisées (40.04).

 

Projets particuliers d’urbanisme qui dérogent à la réglementation. Il s’agit donc de projets qui ne sont pas de pleins droits. L’arrondissement peut les refuser, négocier des contreparties ou même arrêter la validation en cours d’adoption qui s’étale minimalement sur 3 mois (3 conseils).

En première lecture (sur 3), étude d’un café terrasse au 4450 Notre Dame Ouest.

Une séance publique suivra prochainement (40.01)

 

Validation de plans :(implantation et intégration architecturale, PIIA)

  • 6269-6275 rue Mazarin, modification une résolution déjà prise en Conseil (40.13)

  • 3500 St Patrick : ajout d’une marquise au dessus de réservoirs (40.07)

  • 335-555 Richmond et 550 Guy : ajout de marquises et corniches (40.08)

  • 4001 Notre Dame Ouest coin Du Couvent : ajout de 2 fenêtres et d’une entrée à ce commerce (40.09)

  • 4207 St Ambroise (coin St Ferdinand) : projet d’une 40e de logement sur 4 étages (40.10)

  • 1218 Ropery : 5 logements sur 3 étages et sous-sol (40.11) en lien avec l’autorisation de réduire de 3 à 2 stationnements (40.06).

  • 7163 Hamilton : 4 logements sur 2 étages et sous-sol, 3 stationnements extérieurs, toit vert. Style contemporain (40.12)

 

 

L’arrivée d’un nouveau directeur pour le service de l’Aménagement Urbain et Service aux Entreprises (DAUSE) : en remplacement de M. Normand Proulx.

Il s’agit de M.Luc Gagnon, formé en urbanisme à l’Université de Montréal. Jusqu’à ce jour, il dirigeait depuis 7 ans la Division de l’urbanisme et de l’aménagement urbain à la Ville centre. À ce titre, il était responsable de la planification des secteurs stratégiques et de la conception des projets d’aménagement (50.01)

Collecte unique de déchets : mise à jour

Imagede Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement dans le Sud-Ouest

Chers commettants,

(English will follow below)

Le Maire du Sud-Ouest, Benoît Dorais a annoncé lors du dernier Conseil d’arrondissement, le mardi 5 mars,  de nouvelles mesures sur la gestion des déchets (communiqué ci-dessous). Il prévoit le développement d’un service de ramassage des résidus alimentaires par un contenant appelé «bac brun » directement à la porte des citoyenNEs en commençant cette année par un secteur de 3000 portes dans Ville Émard.  Le Maire projette aussi de réactiver une 12e de boîtes de compostage déjà en place sur le territoire et d’installer de nouveaux sites de dépôts. J’étudie actuellement de très près ces dernières mesures.

L’avenir nous demande de trier nos déchets dès nos cuisines pour séparer les résidus alimentaires; et les utiliser en énergie dans les futures usines de bio méthanisation plutôt qu’en source de gaz à effet de serre nuisibles. Il n’en reste pas moins qu’à court terme, les mesures proposées par le Maire du Sud-Ouest ne seront pas suffisantes pour tous les foyers. Comme nous l’avons testé depuis le printemps 2012, l’entreposage des déchets une seule fois par semaine apporte trop de nuisances, surtout l’été et particulièrement dans les zones plus densément peuplées et donc à forte production de déchets (copropriétés, immeubles à loyers modiques).

Aussi, ne pouvant instaurer des mesures suffisantes de collecte des résidus alimentaires (odorants et attirants pour la vermine) dans tout l’arrondissement dès maintenant, je plaide depuis novembre auprès du Maire pour que le service de ramassage des déchets soit minimalement restauré deux fois par semaine l’été. Et ce, pendant les quelques années que cela prendra à l’arrondissement pour implanter le service de ramassage des résidus alimentaires par bacs bruns  à la porte de chaque foyer.

Pour en savoir plus :
– Article dans la Voix pop du 14 mars
http://www.lavoixpop.com/Actualites/Vos-nouvelles/2013-03-12/article-3198076/Projet-pilote-de-collecte-des-matieres-putrescibles-dans-larrondissement-du-Sud-Ouest/1

– Intervention en Conseil d’arrondissement le 5 mars 2013. À partir de la 50e minute, je demande au maire de réfléchir à un deuxième ramassage durant l’été comme le fait actuellement son homologue le Maire d’Hochelaga Maisonneuve (passé à la collecte une seule fois par semaine en octobre 2012)
http://webtv.coop/video/Conseil-d%2526%2523039%253Barrondissement-du-Sud-Ouest-du-5-mars-2013-%253A-Rapport-du-Maire/3219384f1549c80a6da3b7ff8156a4f8

– Recommandations déposées au maire et aux éluEs le 29 novembre 2012 en pièce jointe

– Communiqué du maire ci-dessous sur ses nouvelles mesures : « collecte brune, subvention pour couches lavables, compostières : le Sud-Ouest instaure de nouvelles mesures écoresponsables »

http://www.newswire.ca/en/story/1124821/collecte-brune-subvention-pour-couches-lavables-compostieres-le-sud-ouest-instaure-de-nouvelles-mesures-ecoresponsables

Rappel : résultats de l’étude sur la collecte des déchets réalisée par Projet Montréal Sud-Ouest à l’automne 2012

https://projetmontrealsudouest.wordpress.com/2012/12/12/resultats-de-letude-sur-le-ramassage-des-dechets/

The Southwest borough mayor, Benoît Dorais announced at the last Borough Council, Tuesday, March 5, new measures related to waste management (see press release below). It provides for the development of a door-to-door collection service of food waste or “brown bins” starting this year by sector in 3000 Émard doors. The Mayor also plans to reactivate a twelfth of composting boxes already in place in the area and install new disposal sites. I am currently studying closely these measures.

For the future of our planet, we need to start sorting our waste separating out kitchen waste in order to harness its energy in future biogas plants rather than a having it be a source of harmful greenhouse gasses. It remains no less true that in the short term, the measures proposed by the Southwest borough mayor will not be sufficient for all households and that the collection of waste once a week brings too many irritants especially in the summer particularly in the more densely populated areas which produce more waste (condominiums, low rent buildings) and have no place to store it.

Also, we cannot put in place these measures to collect perishable waste (odours and magnet for vermin) in the entire borough at the same time.  Since November, I have pleaded with the Mayor to restore garbage collection during summer to two times a week.  And to do this for as many years as it takes to put place door-to-door collection of food waste in brown bags.

To find out more:

– Article in French in la Voix pop, March 14th

http://www.lavoixpop.com/Actualites/Vos-nouvelles/2013-03-12/article-3198076/Projet-pilote-de-collecte-des-matieres-putrescibles-dans-larrondissement-du-Sud-Ouest/1

– Intervention (in French) at Borough Council March 5th, 2013.  At the beginning of the 50th minute, I ask the mayor to reflect to put into place a second garbage collection during the summer as his equivalent, the mayor of Hochelega-Maisonneuve did. (the borough also went to one collection in October of 2012)

http://webtv.coop/video/Conseil-d%2526%2523039%253Barrondissement-du-Sud-Ouest-du-5-mars-2013-%253A-Rapport-du-Maire/3219384f1549c80a6da3b7ff8156a4f8

– Recommendations deposed to the mayor and to the other councillors on November 29th, 2012 in attachment

– The Southwest Mayor’s Press Release on these new measures (in French): « collecte brune, subvention pour couches lavables, compostières : le Sud-Ouest instaure de nouvelles mesures écoresponsables »

http://www.newswire.ca/en/story/1124821/collecte-brune-subvention-pour-couches-lavables-compostieres-le-sud-ouest-instaure-de-nouvelles-mesures-ecoresponsables

-Reminder: Results of our garbage collection study done by Projet Montréal in the southwest in the Fall of 2012

https://projetmontrealsudouest.wordpress.com/2012/12/12/resultats-de-letude-sur-le-ramassage-des-dechets/

 

Échangeur Turcot : un mauvais projet qui reste toujours un mauvais projet

25 mars 2013

Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, ne cache pas sa déception quant à l’annonce du gouvernement du Québec concernant le projet Turcot. Alors que le Parti Québécois s’était engagé à revoir en profondeur le projet lors de la dernière campagne électorale, on constate qu’il s’est buté au même entêtement des ingénieurs du MTQ que la Ville de Montréal en 2010. « Il n’y pratiquement pas de différence avec le projet que le gouvernement libéral a mis de l’avant, si ce n’est de quelques modifications techniques qui sont très loin de rendre ce projet acceptable aux yeux des Montréalais. Le projet de reconstruction de l’échangeur Turcot est un mauvais projet, qui reste toujours un mauvais projet. C’est une infrastructure qui n’est pas digne du XXIe siècle, et dont le coût semble véritablement hors de contrôle », a déclaré Richard Bergeron.

Les coûts ont quadruplé depuis 2006

Les coûts estimés du projet Turcot ont quadruplé depuis la première étude d’opportunité rendue publique par le Ministère des Transports du Québec en mai 2006. « C’est à se demander si le MTQ sait ce qu’il fait. Il a été incapable jusqu’ici d’établir le véritable prix de cette infrastructure. Avec le plafond, nous prévoyons qu’en cas de dépassement de coûts, les mesures de mitigation, tel que le transport collectif et les mesures d’intégration, écoperont », a poursuivi Richard Bergeron.

Évolution des coûts estimés du projet Turcot

Tableau Turc0t 

Échéancier

Alors que le MTQ évoquait l’urgence d’agir et la sécurité pour rejeter du revers de la main la contre-proposition de la Ville de Montréal en avril 2010, nous apprenons aujourd’hui que le chantier ne commencera qu’en 2015 et que sa complétion ne sera plus en 2017 mais bien en 2020. « C’est un délai additionnel de 3 ans qui prouve que le gouvernement n’a jamais voulu considérer l’alternative proposée par l’ensemble des élus montréalais, de tout parti politique, incluant le représentant des villes liées », a ajouté le chef de Projet Montréal.

Bonification

Même si quelques bonifications ont été apportées au projet, sa dernière mouture passe totalement à côté des demandes de la Ville de Montréal, qui ont pourtant été répétées dans une motion adoptée à l’unanimité par le Conseil municipal le 27 février dernier. « Il est clair que ce projet minera le potentiel urbain de Montréal au profit des banlieues. Il provoquera, pour les années à venir, son lot d’aggravation des problèmes de santé des populations riveraines et plombera les budgets du gouvernement du Québec de plusieurs milliards », a conclu Richard Bergeron.

Voici la motion proposée par Projet Montréal, qui a été amendée et adoptée à l’unanimité par le Conseil municipal le 27 février 2013 : 

Motion pour définir les principes de négociation avec le gouvernement du Québec et le MTQ concernant la réfection du complexe Turcot

Attendu que la Ville de Montréal est en négociation avec le gouvernement du Québec et le ministère des Transports du Québec (MTQ) sur le projet de réfection du complexe Turcot;

Attendu que le conseil de la Ville de Montréal a adopté à l’unanimité une résolution sur le projet de réfection du complexe Turcot le 19 avril 2010

Attendu qu’en 2010, la Ville de Montréal a présenté son projet alternatif pour Turcot : Un projet urbain durable pour le XXIe siècle qui visait les principes suivants :

  • maintenir et consolider les habitats existants;
  • renforcer la continuité urbaine entre les quartiers en éliminant les talus;
  • planifier les transports collectifs comme armature de la mise en valeur du territoire;
  • mettre en place des mesures de mitigation en transport collectif avant les travaux;
  • réduire la capacité de l’ouvrage dans l’axe est-ouest et maintenir sa capacité dans l’axe nord-sud;
  • diminuer les émissions de GES;

Attendu que le conseil de la Ville de Montréal et les différentes formations politiques ont déjà exprimé leurs réserves au projet actuel, pour les motifs de développement durable, les effets sur la santé publique ainsi que sur les aspects d’enclavement et les expropriations dans les quartiers;

Attendu qu’il y a consensus montréalais pour la construction d’un complexe Turcot selon des principes de développement durable et de réduction des GES 

Attendu que depuis cinq ans, des dizaines de milliers de citoyens et de nombreux groupes de la société civile ont demandé une diminution de l’utilisation de l’automobile par une augmentation de l’offre en transport collectif;

Attendu que la construction du complexe Turcot a déjà commencé et qu’il est urgent de réviser le projet avant qu’il ne soit trop tard;

Attendu qu’en ne reconstruisant pas la partie ouest de l’autoroute Ville-Marie les coûts de construction du complexe Turcot s’en trouveraient réduits substantiellement;

Il est proposé par M. Benoît Dorais et appuyé par M. Peter McQueen:

que la Ville de Montréal : 

1- adopte les principes suivants dans la négociation avec le ministre des Transports et signale le plus rapidement, la nécessité que les principes suivants soient observés:

  • incorporer au projet un vrai plan pour le transport en commun en vue de réduire la dépendance à l’automobile;
  • prioriser la reconstruction de l’axe nord-sud et réévaluer la pertinence de reconstruire une grande partie de l’autoroute A-720 ;
  • empêcher le déplacement des voies ferrées au pied de la falaise Saint-Jacques;
  • désenclaver le secteur sud-ouest et reconsidérer la présence du mur d’enclavement ;
  • conserver le principe des voies de circulation en structure en non en remblais ;

2- agisse de façon urgente pour communiquer ses préoccupations au ministre des Transports.

Quelques décisions prévues au Conseil d’Arrondissement du Sud-Ouest du mardi 5 mars 2013, 19h.

de Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement, district de Saint-Henri, Petite-Bourgogne, Griffintown et Pointe-Saint-Charles

 

Si vous souhaitez poser une question ou faire un commentaire à vos éluEs municipaux, inscriptions à partir de 18h15 au 815 Bel Air, 2e étage.

 

Une présentation du Plan local de développement durable de l’arrondissement débutera la soirée (10.03). C’est une déclinaison d’engagements des services municipaux locaux pour augmenter les efforts pour les 3 prochaines années vers une ville plus durable. Dommage que ce plan n’inclut pas un diagnostic, un portrait de la situation actuelle afin de pouvoir par la suite évaluer les résultats.

 

Nombreux appels d’offre (10.08) sur de futurs travaux de voirie (égouts, trottoirs, chaussées, entrées charretières) et des aménagements et installations dans les parcs (Marguerite Bourgeoys, Des meubliers, Ignace Bourget, De la Vérendrye, Ferme Brodie, Woornerf).

 

Quelques décisions concernent les travaux publics : reconstruction du chalet du parc d’Ignace Bourget (20.01), vente de véhicule usagés par encan (30.04) et achat d’un petit camion pour ramasser les poubelles dans les parcs et autres lieux publics (20.02). Dans le cadre de cette dernière dépense, il s’agit de plus de 100 000$. Dans l’analyse de la situation que j’ai déposée au Maire, aux membres du Conseil et aux services fin novembre suite au sondage sur les déchets, j’émettais l’hypothèse que de nombreux citoyenNEs déposaient des sacs de déchets qu’ils ne souhaitaient pas conserver chez eux dans les poubelles des lieux publics. En effet, nombreux témoignages et plaintes m’ont amenée à constater l’usage intensif des paniers de rues et de parcs. Cette mesure, bien que justifiée dans la situation actuelle, ne me semble pas suffisante et je pense toujours que l’entreposage des déchets est difficile pour bon nombre de foyers et notamment l’été. Ramasser plus dans les parcs ne suffira pas à améliorer l’enjeu de la collecte des déchets telle que modifiée au printemps 2012.

 

Quelques résolutions en lien avec les activités sportives et culturelles :

spectacles lors du Festival Folk du 12 au 16 juin pour une 6e année (20.03); subvention au Montreal Children’s Librairy (20.04); utilisation des patinoires aux employés de la ville dans le cadre d’un mach de bienfaisance (20.05); ajout à la convention avec le Centre sportif de la Petite-Bourgogne (20.06); usage des services de la Ville Centre pour différents projets en bibliothèques : cartes et bandes magnétiques, livres numériques etc (30.03); convention avec l’arrondissement de Mercier-Hochelaga Maisonneuve pour la gestion du partenariat avec la Commission sportive de Concordia.

 

Emprunt :

Information sur la première étape d’autorisation d’un emprunt pour le remplacement de la flotte de véhicules de l’arrondissement dans le cadre du Programme d’Immobilisations (PTI) voté précédemment (40.01).

 

Modifications à la réglementation d’urbanisme :

Secteur du Village Turcot (nord ouest de Saint-Henri au sud du Village des tanneries). Adoption finale d’une modification à la réglementation : il ne sera plus possible de construire de 1 à 8 logements par lot mais de 1 à 3 (40.02). Cela permet de donner un message clair sur le type de développement souhaité. Comme je l’ai déjà dit, cette décision et cette méthode par la réglementation me semblent très pertinentes, j’en félicite l’administration au pouvoir et je pense que l’arrondissement devrait prévoir agir de même dans d’autres secteurs. A suivre.

 

Projets particuliers d’urbanisme qui dérogent à la réglementation. Il s’agit donc de projets qui ne sont pas de pleins droits. L’arrondissement peut les refuser, négocier des contreparties ou même arrêter la validation en cours d’adoption qui s’étale minimalement sur 3 mois (3 conseils).

Ce mois-ci, un seul point (40.03): l’adoption finale d’un agrandissement de l’offre de bureau dans le bâtiment actuellement occupé par l’organisme CSAI (Centre Social d’Aide aux Immigrants) au 6201 rue Laurendeau (Côte-Saint-Paul).

 

Autorisation de l’utilisation d’espaces publics et de dérogation à la réglementation sur le bruit pour plusieurs événements : fête champêtre des policierEs de Montréal, randonnée du cancer ovarien, spring sprint, course pour les camps Tim Hortons (le tout au Parc Angrignon), fête de St Antoine (Emard), fête des voisinEs sur la rue Coursol (Petite Bourgogne), festival de steelpan (parc Vinet), fête familial du temps des sucres (Côte Saint-Paul).

 

Projets de construction immobilière :

– Dans le cadre du Nordélec (40.05), tel que convenu dans l’entente de développement, 300 000$ sont accordés en lien avec l’opération de lotissement. Cette somme serait réinvestit (pas avant 2014) pour des aménagements intergénérationnels dans le parc Joe Beef. En février 2012, l’OCPM se penchait sur des demandes de modifications au projet initial. Le promoteur souhaitait ajouter 300 unités supplémentaires. Projet Montréal avait alors soutenu qu’avec plus de résidants à venir, il faudrait demander à majorer cette somme afin d’investir plus dans les espaces verts. Depuis, j’ai compris que le promoteur ne souhaitait plus augmenter le nombre d’unités d’habitation.

Approbation de plans (implantation et intégration architecturale, PIIA) :

5980 rue Angers (40.06) Modification pour agrandissement latéral de la façade d’une résidence unifamiliale type de typologie « maison de vétérans ».

2075 rue Cabot coin St Patrick (40.07). Transformation de façade (création d’ouvertures et aire de stationnement)

6629 rue Dumas (40.08) projet résidentiel de 3 logements dont un en demi-sous sol suite à une autorisation de démolition d’une unifamiliale en octobre 2012.

2365 St Patrick (40.09). Ajout d’un débarcadère avec revêtement du sol en pavés perméables au projet Le Myst sur le site de l’ancienne Carpet Art déco.

355 de la Montagne (40.10). Enseigne de l’ETS sur le bâtiment des derniers logements étudiants construits coin Barré.

 

 

Récupération ou remplacement de zones de débarcadères pour des personnes handicapées, autorisées préalablement par l’arrondissement (40.11 à 40.13).

Se rappeler St-Henri, S’approprier son avenir

Add New