Un projet pour la Canada Malting ou quel avenir pour l’ouest de Saint-Henri ?

de Sophie Thiébaut

Au bord du canal de Lachine et de l’écluse de la Côte Saint-Paul, à l’angle du tunnel St Rémi, l’énorme bâtiment de la Canada Malting abrite les derniers silos en terra cota encore debout de tout le Canada.

Un promoteur déjà propriétaire du site est intéressé à le développer. Le coût de la décontamination justifierait la densité de construction. On parle de 600-700 logements. Les travailleurs du CUSM en construction sont la clientèle ciblée.

Comme dans le cas d’Archivex sur Lionel Groulx, il serait nécessaire d’être mieux outillé pour évaluer les charges de construction mises de l’avant par le promoteur versus les demandes de modification du règlement d’urbanisme car une fois encore, il s’agirait d’un projet particulier (PPCMOI) dont le processus peut comporter une ouverture de registre, et un rejet de la part des citoyenNEs résidant dans le voisinage direct du site. Et le règlement prévoit ici un usage industriel et une hauteur justifiée par cet usage industriel.

 

700 nouveaux logements, majoritairement en copropriété de condos, dans cette zone fragile de Saint-Henri pourrait venir drastiquement modifier le profil du quartier.

Encore une fois, je plaide pour une planification du développement au-delà des limites du projet :

 

Au-delà de l’enjeu de la conservation de témoins de l’ère industrielle et de la mise en valeur du patrimoine dans un contexte de changement de vocation, une vision globale du quartier permettrait de travailler au moins sur deux autres enjeux majeurs : la circulation et les conséquences de la hausse de la valeur des terrains pour les résidants actuels de ce secteur.

Il nous faudrait connaître la projection escomptée en terme de futurs revenus fonciers pour la ville centre avec ce développement afin d’être en mesure de demander des investissements importants directement dans le quartier.

Avec plus de service de la ligne d’autobus 36 sur la rue Notre Dame, nous réduirions le nombre de stationnements du projet (prévu à un ratio de 0.7 à 1 par logement) et aiderions le problème de stationnement des copropriétaires de la rue Philippe Lalonde (0.5 stationnement par logement). Aussi, nous conserverions et protégerions l’ensemble des commerces sur l’artère commerciale Notre Dame (plutôt que de prévoir des espaces commerciaux à même le site de la Canada Malting). Ainsi, l’espace commercial serait clairement établi et les nouveaux arrivants participeraient à une réelle revitalisation de cette partie de cette artère qui en a bien besoin.

 

Par ailleurs, étudier les impacts sur la circulation est un incontournable.

La rue St Rémi devra être réaménagée (des avancées de trottoir aux intersections, le carrefour St Ambroise-St Rémi revu pour l’usage des piétons…) et ce, du CUSM jusqu’au tunnel St Rémi avec ses conséquences sur Côte Saint-Paul.

Aussi, la rue Saint Ambroise est déjà étroite et dangereuse avec sa courbe à l’angle de la rue St Ferdinand. Pourtant, cette courbe n’a toujours pas été refaite malgré l’analyse et le besoin établi par les services d’urbanisme de la ville centre il y a plus de 10 ans et deux autres projets de construction pour environ 150 logements dans les 2 dernières années.

 

Les orientations de développement de l’administration Dorais prévoit l’inclusion de logements sociaux (15%) et de logements « abordables pour le canal » sur site (sur la rue St Ambroise).

Mais avec une telle densité de nouvelles constructions, il faut absolument travailler à préserver la population déjà résidante dans ce secteur. Une étude sur les conséquences possibles du projet sur cette zone est à faire (hausse des valeurs foncières et des loyers, hausse des demandes de démolitions etc…) Il serait également nécessaire de modifier la réglementation pour limiter le potentiel de construction sur les lots, réguler les demandes d’ajouts d’étages et de construction de mezzanines… En particulier le long du woonerf (investissement public) afin de limiter l’exode des résidants actuels par faute de ne plus avoir les moyens de rester dans leur propre quartier.

 

Pour être profitable pour Saint-Henri, le projet de la Canada Malting devrait bénéficier positivement à tout son secteur dont ses résidants déjà présents, de la rue Notre Dame jusqu’au canal de lachine.

La présence du canal, du centre sportif Gadbois et de l’école primaire St Zotique au centre même du secteur devrait participer à la vision d’ensemble d’un secteur accueillant pour les familles, où on fait du sport, où on prend l’autobus. Plus de verdissement et des aménagements notamment sur la rue St Rémi identifierait le secteur comme agréable à la marche.

 

Au printemps 2013, c’est assez le développement à la pièce dans le Sud-Ouest.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :