PPU Griffintown : c’est bien pour les parcs, mais qu’en est-il du transport collectif et des familles?

MONTRÉAL, le 18 oct. 2012 /CNW Telbec/ – Richard Bergeron, chef de Projet Montréal, et Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement dans le Sud-Ouest, accueillent favorablement le dépôt de la version préliminaire du programme particulier d’urbanisme (PPU) du secteur Griffintown mais s’interrogent quant à l’absence d’orientations en transport collectif. « Alors que l’éventuel passage du tramway sur Peel figure dans les arguments de vente des promoteurs, et que de nombreux résidents craignent les impacts d’un corridor réservé d’autobus sur la rue Dalhousie, le document de la Ville déposé aujourd’hui, plutôt que d’offrir des réponses, semble avoir totalement évacué la question du transport. Est-ce comme ça qu’on construit un quartier du 21e siècle? Sans offrir d’alternative à l’usage de l’automobile dans un secteur aussi dense? », a soutenu Richard Bergeron.

Parcs

La mise en place d’un PPU sur l’ensemble du quartier Griffintown rendra caduque le PPU Peel-Wellington adopté en 2008. Comme l’a fait remarquer Projet Montréal dans son mémoire déposé en février, il aurait été pertinent d’étendre la zone d’étude aux secteurs du square Chaboillez et du quartier Bonaventure ainsi qu’à la rive sud du Canal au nord de Pointe-Saint-Charles. L’acquisition de terrains pour fins de parc et espaces publics permettra néanmoins de faire respirer le quartier : il y aura vraisemblablement un parc à proximité des Bassins du Nouveau Havre, un autre rappelant une place publique qui figurait aux plans originaux du quartier, à l’intersection Peel et Ottawa, et un parvis à la New City Gas. Malheureusement, on est encore loin de l’objectif de 10 hectares, correspondant à 10% de l’espace total du quartier, considéré aujourd’hui comme norme en termes d’espaces verts dans les nouveaux quartiers. Il est à noter également le vœu de réduire la place de l’automobile dans la proposition de réaménagement de certaines rues pour un quartier durable du 21e siècle, l’emphase mise sur la rue Ottawa identifiée comme lien culturel central, l’ajout de pistes cyclables et la mise en valeur du patrimoine, notamment le paddock du Horse Palace.

Un quartier pour les familles?

Le PPU nous laisse aussi sur notre faim pour ce qui est de l’accueil de nouvelles familles. Il n’y pas de plans pour l’ajout d’une école, pas d’utilisation de la réglementation pour contraindre les promoteurs à offrir de plus de grands logements, pas de réserves supplémentaires de terrains à des fins de logements communautaires. Rappelons qu’actuellement, la tendance est plutôt à la construction de micro-logements visant une population d’étudiants et de jeunes professionnels célibataires. Est-ce le quartier que nous voulons? Par ailleurs, la Ville de Montréal ne devrait-elle pas s’inquiéter de la façon dont un quartier aussi spécialisé au niveau de son offre résidentielle traversera les prochaines décennies? L’expérience malheureuse des « grands ensembles » européens et des « projects » étatsuniens ne nous ont-elles pas appris que les visions à courte vue d’aujourd’hui sèment le germe des problèmes urbains de demain?

Transport collectif

La STM n’a pas à ce jour fait connaître ses plans pour l’ajout d’une nouvelle ligne locale, on ne sait toujours pas où passeront les autobus de la Rive Sud dans le projet Bonaventure et ce qui se passe avec le projet du corridor Dalhousie, non plus qu’en ce qui concerne le développement du tramway sur la rue Peel, lequel semble avoir été repoussé aux calendes grecques. Rappelons que pour construire un quartier de qualité, dans le mémoire déposé en février 2012, Projet Montréal proposait que 80% des déplacements dans Griffintown se fassent à pied, à vélo ou en transport en commun. Les voies de transit vers le centre-ville soit les rues Peel, Wellington, Des Seigneurs et De la Montagne, demeureront telles qu’on les connaît aujourd’hui. De plus, il est toujours prévu que les 5000 places de stationnements déjà autorisés dans ce secteur soient construites, pour un potentiel de 10 000 nouveaux résidants.

Pour atteindre l’objectif d’un quartier durable du 21e siècle surtout aussi densément utilisé que le sera le Grand Griffintown, le transport en commun doit constituer l’armature de son développement. Sans réel investissement dans le transport en commun concomitant avec le PPU, les objectifs souhaités de rues habitées resteront un vœu pieu.

Pour consulter le mémoire de Projet Montréal : http://www.c8l.ca/1jc

SOURCE : VILLE DE MONTREAL – CABINET DE LA 2E OPPOSITION

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :