Budget 2013 de l’arrondissement du Sud-Ouest, pourquoi j’ai voté contre :

de Sophie Thiébaut

Mardi le 18 septembre, le Conseil du Sud-Ouest a validé à la majorité le dernier budget du mandat de 4 ans de l’administration du Maire Benoît Dorais.

On se souviendra l’année passée que l’ensemble du Conseil avait adopté des coupures dans des services chers à la population (dont le Bain Emard et la bibliothèque George-Vanier).
Persuadée qu’il y avait un problème dans le financement octroyé par la Ville centre aux arrondissements (plusieurs d’entre eux témoignaient de leur situation), j’avais également appuyé le budget proposé par le Maire Dorais (même si je n’avais pas participé à ces choix de coupures) dans le but que les citoyenNEs ne se trompent pas de cible et se plaignent à la Ville centre. On ne soulignera jamais assez l’importance des actions qui ont été menées par de nombreux citoyenNEs ici et dans d’autres arrondissements (parallèlement à des représentations d’éluEs). Tout ceci a amené la Ville centre à revoir le système de financement.

On y gagne aujourd’hui minimalement :

–          un réajustement pour le paiement des salaires des employés de l’arrondissement (dotation indexée de 2,2%),

–          un peu plus d’argent dans le fonds de développement.

Il me semble que l’on peut se permettre d’être plus optimiste sur l’avenir avec :

–          la cession d’une partie de l’espace fiscal,

–          possiblement le nouveau mode de calcul du prochain fonds de développement.

–          l’occupation du domaine public payée par le MTQ dans le cadre du projet Turcot (même si il faut être prudent avec la consolidation de ces entrées d’argent) pourrait aussi être très rentable.

Enfin, le déficit « structurel » a aussi été réduit de prêt de moitié par rapport à l’an passé.

J’en conclus que l’arrondissement est beaucoup moins étranglé qu’il ne l’était il y a 1 an.

A côté de cela, je note que les réserves ont été bien augmentées jusqu’à 5,5 millions. Je comprends qu’un Maire et des gestionnaires responsables aient à mettre de l’argent de côté (le déneigement et les frais possibles liés aux accidents de travailleurs de l’arrondissement sont difficiles à prévoir).
Mais en plus de cela, des ressources en imprévus sont au budget, des sommes non taguées ainsi que 2 millions pour assurer notre futur équilibre budgétaire. C’est le double de l’an passé. Un coussin financier non négligeable que tous les arrondissements n’ont pas la chance de posséder.

Malgré ce contexte plus clément, le budget 2013 prévoit intensifier les profits sur le boum immobilier actuellement en cours dans l’arrondissement. Ce que je reproche au budget 2013, c’est de ne pas considérer dans ses paramètres les impacts de l’intensité du développement sur la valeur des terrains qui augmente ce qui a pour conséquence une hausse des taxes foncières (et donc des loyers) et une pression énorme sur le parc locatif. Cette hausse était de + 7,3 % en 2011 et de + 4,29 % en 2012, le Sud-Ouest est l’un des arrondissements le plus touché après le Plateau-Mont Royal. Cette activité est génératrice d’une spéculation sans précèdent qui nuit à toute une partie de la population (les moins nantis, les petits propriétaires). De nombreux citoyenNes témoignent de leurs difficultés à rester dans leur quartier, à boucler leur budget, se font délogés etc…
Or, l’arrondissement n’est pas documenté sur ce phénomène et les impacts sociaux sur la population.

Concrètement, cette orientation du budget 2013 se matérialise par un investissement de 500 000 $ à la Direction de l’Aménagement Urbain en ressources humaines.   J’ai déjà voté contre ce type de mesures en mars 2011 (275000$ sur 15 mois) et mars 2012 (225000$ pour 12 mois pour les grands projets).  Maintenant, on double le nombre de travailleurs.
Notez qu’il faut différencier les postes liés au développement aux postes d’inspecteurs car je soutiens les efforts pour une protection du cadre déjà bâti.
Financièrement, si on s’arrête à des critères de gestion, les résultats financiers de ce type de mesure sont positifs : sur une cible de 3,50 millions souhaités annuellement, on a presque doublé la cible en 2012 (6 millions de recettes prévus) et on a pu se permettre de mettre 4 millions en réserve de l’année 2011.

Bien évidemment, le développement est important. Dans une optique de développement durable et pour réduire les déplacements en automobile, la vision portée par Projet Montréal est de limiter l’étalement urbain et donc de densifier les quartiers proches du Centre Ville. Le Sud-Ouest apporte bien des opportunités à ce chapitre. Mais le développement doit profiter à tous y compris les personnes déjà résidantes dans l’arrondissement qui doivent pouvoir y rester.
De plus, l’expérience des dernières années démontre les besoins plus larges de réflexion sur la planification des secteurs en développement.
Evidemment, un arrondissement se doit dans le cadre de ses responsabilités d’émettre des permis et d’aménager son territoire. Je voudrais être plus concrète dans des propositions (comme ralentir sur les projets particuliers versus les projets de plein droit qui ont à être traités) mais l’exercice de créer un budget prend du temps. Or, je n’ai été mise au courant des orientations que 8 jours avant le vote en conseil régulier et je n’ai eu accès aux premiers chiffres que 6 jours avant le jour de l’adoption. Si il est possible de poser des questions aux éluEs au pouvoir ou aux fonctionnaires, je n’ai pas été invitée à participer en tant que tel à ce budget.

Je déplore également le manque de participation des citoyens dans la réflexion sur ce budget. J’ai compris qu’un outil de vulgarisation pour mieux comprendre la réalité des dépenses d’arrondissement et la complexité des choix à faire, un outil comme budgetplateau.com de l‘arrondissement du Plateau Mont-Royal (que je demande depuis le début du mandat) pourrait bientôt être utilisé dans le Sud-Ouest. C’est une bonne chose mais il aurait été possible de commencer dès cette année en proposant à la population de valider la liste des projets mis de l’avant sur le budget de 1 million en investissements.

Par ailleurs, même si je comprends qu’il y a des besoins dans les parcs, que je ne remets pas en question les projets d’animation, que je reconnais avoir été entendu dans certaines demandes (parc de la ferme Brodie, subvention majorée à l’éco-quartier) et que j’appuie l’indexation des groupes communautaires, il me semble qu’il aurait été judicieux de répondre aussi à des besoins en circulation due à la vision à la pièce avec laquelle le développement s’est fait jusqu’à présent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :