Griffintown : une planification à ce jour lourdement défaillante

Sophie Thiébaut et Richard Bergeron de Projet Montréal lors des consultations de l'OCPM

Pour diffusion immédiate

Montréal, lundi le 13 février 2012 – Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, et Sophie Thiébaut, conseillère d’arrondissement dans le Sud-Ouest, présenteront ce soir le mémoire de Projet Montréal

lors de la première soirée d’audition de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur le secteur Griffintown. Selon Projet Montréal, les projets proposés par les promoteurs privés vont dans tous les sens. Il y a absence de cohésion, ce qui aura un impact majeur sur l’avenir de ce quartier historique de Montréal. « Si la Ville était sérieuse dans son intention de planifier adéquatement l’avenir du quartier, ne devrait-elle pas observer un moratoire sur les dérogations à la pièce? En continuant de procéder ainsi, elle fait la démonstration du peu d’importance qu’elle porte à cet exercice de planification et de consultation. Pourquoi consultons-nous, alors que se poursuit le rubber stamping des projets soumis par les promoteurs privés ? », s’interroge Richard Bergeron.

Pour réussir Griffintown, la Ville doit intervenir

Il n’est pas trop tard pour corriger le tir dans Griffintown. Il faut que la Ville de Montréal et l’arrondissement du Sud-Ouest fassent montre d’une très grande volonté en matière d’aménagement urbain. Il faut délier les cordons de la bourse et cesser de penser qu’il suffit de donner des autorisations de construire aux promoteurs privés pour encaisser quantité de nouvelles recettes fiscales, sans avoir rien à investir. Les propositions de Projet Montréal pour l’amélioration de l’espace public constitué des rues et des trottoirs, l’acquisition et l’aménagement de parcs, le développement d’une offre de transport collectif de haut niveau, l’inclusion de logements sociaux, totalisent plusieurs centaines de millions de dollars de fonds publics à investir. « C’est bien beau de vouloir créer un quartier, mais il faudrait bien pouvoir y respirer ! C’est pourquoi il faut doter Griffintown de places publiques, de parcs, d’équipements sportifs, d’aires de jeu pour enfants, sans oublier une seconde école. On ne veut pas qu’entasser un maximum de gens dans ce quartier. Projet Montréal propose d’y créer une communauté », a déclaré Sophie Thiébaut. Ceci implique que les investissements privés des promoteurs soient jumelés à des investissements publics, seule façon d’obtenir un développement harmonieux.

Griffintown doit être un quartier adapté aux familles

L’exode massif des familles des classes moyennes vers les banlieues constitue un véritable drame pour Montréal. Montréal doit offrir des logements de deux à quatre chambres adaptés aux besoins des familles et qui leurs soient financièrement accessibles. Par delà le logement, c’est un cadre de vie répondant à l’ensemble des besoins d’une famille qu’il faut aménager qu’il faut pouvoir leur offrir. L’école occupe à cet égard une place centrale. Nous proposons qu’une nouvelle école desservant les familles de Griffintown autant que du Vieux-Montréal soit construite à l’est de Bonaventure, dans le Faubourg aux Récollets, l’îlot délimité par les rue Saint-Paul, William, Saint-Henri et Duke, tout près de la garderie Imagination.

Aussi, les équipements sportifs et jeux d’enfant que nous proposons dans le grand parc triangulaire qui serait situé à l’ouest du secteur seraient destinés autant aux enfants du Vieux-Montréal que de Griffintown, et accessible de façon sécuritaire par la rue Ottawa entièrement réaménagée pour favoriser les déplacements à vélo, en poussette ou à pied. Logements de grande dimension, écoles, parcs, garderies et itinéraires de marche attrayants et sécuritaires : ce sont là les composantes obligées d’une stratégie dont le but est d’inciter les familles à élire domicile dans un quartier. « Projet Montréal propose que tout ce qui sera ajouté au quartier Griffintown soit d’échelle réduite, pour ne pas dire d’échelle humaine. Il faut retisser le cœur du quartier par la construction de maisons en rangée et de petits immeubles inspirés des typologies traditionnelles de Montréal, qui sont nettement plus abordables que les constructions élevées en béton », a ajouté Sophie Thiébaut.

Résumé des propositions de Projet Montréal pour le secteur Griffintown

1. Rattraper rapidement la planification;

2. Agrandir la zone d’étude;

3. 10 hectares de parcs et d’espace vert;

4. Halte à l’hyperdensité, passer à une échelle réduite avec des immeubles d’au plus 5 étages de hauteur;

5. Viser les familles en offrant des logements adaptés (2 à 4 chambres) abordables, des équipements sportifs et des aires de jeux pour enfants;

6. Réduire le nombre de stationnement avec un ratio de 6 espaces pour 10 logements maximum dans les projets;

7. Favoriser le transport actif avec des aménagements pour les piétons et les vélos, et mettre en chantier le tramway;

8. Permettre la cohabitation de ménages à revenus divers en intervenant pour offrir du logement communautaire;

9. Acquérir des terrains pour limiter le mouvement de spéculation actuel.

« Nous avons la conviction que même dans le contexte d’une stratégie de rattrapage, il est encore possible de faire du Grand Griffintown un quartier extraordinaire, un quartier où il fera bon vivre, un quartier qui pourra jusqu’à devenir un exemple de développement urbain durable de réputation internationale » a conclu Richard Bergeron.

 Pour consulter le mémoire : http://www.projetmontreal.org/document/194

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :