Communiqué : Négociations à venir avec le CN pour les échangeurs Dorval et Turcot : le MTQ a-t-il perdu le contrôle ?

 

Montréal, le dimanche 22 janvier 2012 – Dans un article du journal Le Soleil de Québec concernant la nomination de l’ex-premier ministre Daniel Johnson comme négociateur du MTQ avec le CN, on apprenait qu’à Montréal, les emprises du CN nuisent aux travaux de construction des échangeurs Turcot et Dorval (et que) le déplacement des voies doit être négocié. Cette nouvelle a littéralement fait sursauter Richard Bergeron, celui qui a dû quitter le comité exécutif de la Ville de Montréal en raison de l’intransigeance du MTQ sur le projet Turcot. « C’est vraiment hallucinant de constater que, pour un aspect aussi crucial du projet que le déplacement des rails dans la cour Turcot, le gouvernement n’en est toujours qu’à cette étape. Si on lit entre les lignes, on comprend qu’il n’y a rien de réglé pour Turcot, loin de là. Force est d’en conclure que lorsque le MTQ a exercé des pressions sur la Ville en invoquant l’urgence de ses échéanciers, ce n’était que du bluff », a réagi le chef de Projet Montréal.

 

L’échangeur Dorval : chantier bloqué jusqu’en 2017

 

L’impasse dans laquelle semble être le MTQ est d’autant plus grave dans le cas de l’échangeur Dorval, dont les travaux avaient été commencés et ont dû être arrêtés. « Le MTQ a commencé ce chantier avant d’avoir conclu le moindre accord avec le CN. Cela a forcé l’arrêt des travaux à mi-chemin et provoqué l’explosion des coûts. Quand on repousse de 5 ans l’échéance en laissant entretemps le chantier dans un véritable fouillis, force est de constater l’incompétence d’un ministère à planifier et conduire à terme ses projets », a déploré Richard Bergeron.

 

Y’a-t-il un pilote dans l’avion ?

 

La conseillère Sophie Thiébaut s’inquiète de voir à quel point le MTQ semble errer, et craint le pire pour Turcot. « Ce chantier aura un impact immense sur la qualité de vie des gens des quartiers du Sud-Ouest. Nous avons alerté la population sur les impacts sur notre santé de l’augmentation de la capacité routière que comporte ce projet, mais maintenant nous sommes vraiment effrayés par l’ampleur du chantier lui-même. Est-ce qu’il durera 10 ans ? 20 ans ? Sera-t-il interrompu en cours de chemin ? Est-ce qu’ils vont laisser les choses dégénérer comme à Dorval ? Le MTQ a perdu le contrôle, il faut les arrêter avant qu’ils ne fassent plus de dégâts », a-t-elle tranché.

 

« Alors que par ma démission du comité exécutif de la Ville, en novembre 2010, je lui ai laissé le champ libre depuis plus d’un an, le MTQ est bloqué et n’a pas avancé d’un iota. Finalement, c’est une bonne nouvelle pour nous, car, à partir de 2014, on pourra revoir ce projet et en faire un véritable projet urbain intégré et viable pour les quartiers. S’il y a un message que le ministre voudra certainement passer à Daniel Johnson, ce sera dépêchez-vous bon sang, il ne nous reste que 2 ans pour profiter de l’applat-ventrisme de l’administration Tremblay ! Moi j’invite Daniel Johnson à prendre son temps, tout son temps », a conclu Richard Bergeron.

 

– 30 –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :