NUIT BLANCHE À GRIFFINTOWN

Par une belle nuit de pleine lune, samedi le 27 février j’ai découvert (tout comme de nombreux Montréalais) un trésor caché du Sud-Ouest : Griffintown. C’est un quartier qui est pratiquement disparu de nos cartes et de la mémoire des Montréalais et pourtant ce quartier riche en histoire et en patrimoine regorge de lieux qui ont contribué à l’essor de notre ville. C’est dans la controverse soulevé notamment par le projet Devimco et plus récemment le corridor Dalhousie et le projet Bonaventure que ce quartier a été mis sur la sellette. Des citoyens se sont regroupés pour faire connaître les richesses de ce quartier et qui menacent d’être anéantis par le type de projets présentés.

En cette belle nuit blanche l’édifice de la New City Gas s’est éclairé d’une tout autre lumière… celle de l’inspiration artistique et poétique. Il faut savoir que cet édifice, construit en 1861, contenait les citernes de gaz qui ont contribué à éclairer la ville de Montréal au milieu du 19e siècle. C’est une atmosphère branchée que des artistes de la région ont répondu à l’appel en présentant leurs œuvres. Ce magnifique édifice aux larges poutres, aux murs de pierre et à la charpente imposante servait pour l’occasion d’écrin aux superbes toiles, photos, sculptures et installations multimédias où le regard ne suffisait plus pour s’imprégner de tout ce qui s’y trouvait. Performances musicales, poétiques et artistiques fournissaient l’énergie pour passer une nuit blanche électrisante. Des conférenciers animés de l’amour pour l’histoire et les gens de ce quartier ont participé à cet événement.

Je souhaite sincèrement que tout comme le New City Gas a éclairé les Montréalais de l’époque victorienne,que les participants de cette nuit blanche à Griffintown puissent éclairer les instances municipales sur l’importance de la participation des citoyens dans l’élaboration de projets de quartier rassembleurs et respectueux des gens qui y habitent, du patrimoine et de l’histoire.

Hélène LeBlanc, coordonnatrice du ALA Sud-Ouest

Advertisements

Une Réponse

  1. Bravo Hélène !
    Oui, on ne fait pas de développement en commençant par démolir ce qui reste d’un quartier (de surcroit historique) et sans prendre en considération le point de vue de la population qui y réside !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :